Rechercher





Ecouter Mario Lanza

Leoncavallo : VESTI LA GIUBBA
Dicitencello Vuie
Verdi: OTELLO "Dio mi potevi"
Na sera e maggio
Serenade de Romberg
Leoncavallo: LA BOHEME
Giordano: ANDREA CHENIER














Lamento di Frederico


Cet émouvant et célébrissime lamento, « E la Solita storia del pastore », que chante Frederico au 2ème acte de L’Arlesiana, opéra en trios actes de Francesco Ciléa, créé en 1897 au Teatro Lirico de Milan, figure au programme de pratiquement tous les récitals de Mario Lanza qui l’enregistra deux fois.

Une première fois aux Studios Warner Bros pour la bande-son du film Serenade le 13 juillet 1955, d’une seule prise et en même temps que quatre autres arias : Amor ti vieta (Fedora), Qual occhi al mondo (Tosca), Di quella pira (Il Trovatore) et Ci lasciaremo all stagion fiori (La Bohème). L’orchestre était dirigé par le maestro Ray Heindorf.

Le second enregistrement de cet aria, sublimement interprété avec une exceptionnelle et intense passion, a eu lieu à Londres lors du récital de Mario Lanza au Royal Albert Hall, le 16 janvier 1958, accompagné au piano par Constantine Callinicos. CD « Mario Lanza – Live from London » – RCA VICTOR/BMG MUSIC

Dans cet aria, comme dans beaucoup d’autres, on peut se rendre compte de l’ardente passion qui habitait la voix de Mario Lanza et à quel point il « vivait intensément » ce qu’il chantait.

Lors de ce récital, Mario Lanza chantait sans micro dans cette immense caverne de 8000 places pleine à craquer. On avait même, pour la circonstance, installé des chaises sur la scène.

Le ténor Nicolaï Gedda, présent dans la salle déclarera: « Mario Lanza a la plus grande voix que j’aie jamais entendue ». Cette affirmation était également partagée par le ténor australien John Weaving qui assistait à cette représentation.

Le maestro Sir Richard Bonynge et son épouse, la soprano Dame Joan Sutherland, qui vient de décéder en 2010, étaient présents eux aussi. Ils déclarérent avoir été tous deux surpris par la dimension de la voix de Mario Lanza et par sa musicalité innée, et ajoutèrent « Mario Lanza aurait pu chanter sur les plus grandes scènes lyriques, et il aurait eu un immense succès! »

Paroles de cet aria:

“ E’ la solita storia del pastore…

Il povero ragazzo voleva raccontarla,

E s’addomi’.

C’è nel sonno l’oblio. Come l’invidio !

Anch’io vorrei dormi cosi’,

Nel sonno alem l’oblio trovar!

La pace sol cercando io vo’!

Vorrei poter tuto scordar !

Ma ogni sforzo è vano ;

Davanti ho sempre di lei

Il dolce sembiante !

La pace tolta è solo a me !

Perchè degg’io tanto penar ?

Lei, sempre lei mi parla al cor !

Fatale vision, mi lascia !

Ah! Mi fai tanto male! Ahimè! ”

Alain FAUQUIER